Certification FLS

certificationLa certification complémentaire

Les enseignants des premier et second degrés peuvent candidater à la certification complémentaire en français langue seconde, mise en place par la note de service du 19 octobre 2004. Son obtention est fortement appréciée (et parfois indispensable) si on candidate à un poste spécifique pour enseigner dans un dispositif linguistique pour les élèves nouvellement arrivés. Rappelons que lorsqu’il s’agit d’un poste spécifique, la mutation dépend de la formation et du profil de l’enseignant, le nombre de points ou l’ancienneté n’entrant pas en ligne de compte.

Pour tout renseignement (date de l’épreuve, envoi du dossier d’inscription, préparation éventuelle à la certification complémentaire …), on peut s’adresser au CASNAV de son académie.

L’inscription à l’examen nécessite de remplir une fiche d’inscrîption et de rendre un rapport faisant état de son parcours de formation en FLE-FLS et de ses expériences d’enseignement dont la plus significative est développée. Ce rapport comprend 5 pages maximum. Les dates d’envoi peuvent varier d’une académie à une autre. Par exemple, la circulaire concernant l’académie de la Nouvelle-Calédonie ouvrait l’inscription du 16 mars au 15 avril tandis que dans l’académie de Versailles, les dates étaient du 14 novembre au 9 janvier. Donc, le mieux, au risque de se répéter, est de s’adresser au CASNAV pour connaître exactement la démarche et les délais fixés.

Les membres du jury s’appuient dessus lors de l’épreuve proprement dite, qui correspond à un oral de 30 minutes. D’après la circulaire, le jury évalue :

« – la connaissance et l’expérience des principales méthodes d’enseignement d’une langue étrangère et d’une langue seconde ;
– la connaissance et l’expérience des matériels pédagogiques disponibles ;
– la connaissance et l’expérience des techniques de classe pour les publics d’élèves non francophones (capacité du candidat à organiser une séquence de langue étrangère ou une séquence de langue seconde pour des élèves débutants ou pour des élèves avancés ; pédagogie de l’erreur et de son traitement) ;
– la connaissance des textes réglementaires qui concernent l’accueil et la formation des élèves non-francophones ;
– la connaissance des conditions de la scolarisation dans les établissements français de l’étranger ;
– la connaissance des divers aspects des programmes de l’école primaire et du collège concernant la maîtrise de la langue et l’enseignement des langues étrangères et régionales ;
– la connaissance des grandes familles de langue et des grands systèmes d’écriture, en vue de permettre une comparaison entre fait de langue en français et fait de langue dans la langue d’origine des élèves ;
– la capacité à évaluer les compétences des élèves (et la connaissance des principaux outils d’évaluation existant à cet effet) ;
– la capacité à élaborer un plan individualisé de formation pour les élèves et à négocier avec l’équipe d’établissement un plan d’intégration progressive dans la classe d’inscription.
N.B. : Le jury appréciera particulièrement des candidats la possession des diplômes de lettres mention FLE et des divers diplômes de langue. « 

 

Ils sont tenus de rédiger des rapports de jury. En voici quelques uns produits par : l’académie de Poitiers (2007), l’académie de Bordeaux (2008), l’académie de Poitiers (2011), l’académie de Grenoble (2012), l’académie de Montpellier (2012), l’académie de Toulouse (2013), l’académie d’Orléans-Tours (2013) et le rapport interacadémique de Créteil-Paris-Versailles (2013).

 

Pour info, une option FLES vient d’être mise en place en 2013 pour le concours du CAPES.

Les commentaires sont fermés.